🌹 Club Eden 🌹

Images de nature.

Par EDOUARD CANLER, publié le vendredi 22 mai 2020 09:42 - Mis à jour le mardi 30 juin 2020 18:48
ent.png

Bonjour et merci de m'accueillir sur votre blog ! Je suis Julien Saison, originaire de Saint-Omer, photographe-auteur et passionné de nature, botaniste de formation. Je vous proposerai chaque semaine une de mes images de nature.

Image n°3:

Voici deux photos d'un papillon adulte et de sa chenille. Vous pouvez chercher sur internet des informations sur ce papillon comme par exemple son mode vie, son cycle de vie, les plantes qu'il aime, son aire de répartition. Vous pouvez m'envoyer vos réponses via la messagerie de l'ENT ou laisser des commentaires à cet article. A vous de jouer!!!

 

Photo prise par Julien d'un papillon adulte appelé Machaon.

 

Photo dune chenille de Machaon prise au collège.

 
 

Image n°2:

crédits : Julien Saison

" Dans la tempête."

Pour cette deuxième image printanière que je vous partage, je vous présente la Libellule écarlate, Crocothemis erythraea, qui sera visible dans quelques jours ou semaines dans le nord de la France.

De la classe des insectes, de l'ordre des Odonates, de la famille des Libellulidés, celle-ci passe aussi la partie de son cycle larvaire à l'état aquatique, comme la grenouille !

Faites quelques recherches sur les larves de libellules, ou osez une pêche dans votre mare et vous serez étonnés de la morphologie de leurs pièces buccales !

Observez également la végétation des bords de mares et vous trouverez peut-être la dernière mue, ou exuvie, de laquelle est sortie la libellule, grâce à ce dernier squelette externe vide il est possible de déterminer l'espèce et d'ainsi attester de la reproduction de l'espèce dans la mare concernée.

Les libellules sont dotées de deux paires d'ailes désynchronisées, ce qui leur permet un vol extrêmement rapide, et des changements de direction très prompts. 

Deux sous-ordres existent chez les libellules, celui des Anisoptères, les "grandes" libellules qui gardent leurs ailes déployées une fois posées, et celui des Zygoptères, ou "petites" libellules, appelées aussi "demoiselles". 

Difficile à photographier, j'ai pu surprendre dans un champ de blé cette libellule écarlate pendant de fortes rafales de vent, c'est pourquoi ses ailes semblent très ramenées vers l'avant du corps ; elle ne pouvait décoller et j'ai donc pu m'approcher. La difficulté a consisté en la mise au point sur ses yeux car les chaumes de blé bougeaient en tous sens. J'aime beaucoup cette image car elle crée un clair/obscur intéressant faisant ressortir la finesse de la structure de l'aile sur un fond foncé et inversement le corps et la tête sur un fond clair.

Une autre astuce pour observer les libellules au repos est à cette période d'observer de où elle décolle quand on les dérange, s'y arrêter et attendre tranquillement, il y a de grande chance pour qu'elle revienne se poser exactement au même endroit quelques instants ou minutes plus tard, c'est une marque de territorialité pendant la saison des accouplements.

Julien SAISON

 

Image n°1:

Grenouille rousse. Crédits : Julien Saison.

crédits : Julien Saison
 
"Miroir, mon beau miroir."
Cette grenouille rousse, Rana temporaria, surprise lors du printemps dans une petite mare lilloise du centre ville, est assez étonnante de part la forme de son museau, moins élancé que celui des ses congénères de la campagne ; en cause, sans doute, la présence de polluants ayant perturbé sa croissance, son développement. Son museau ressemble plus à celui d'un crapaud, mais son masque de Zorro ne peut nous tromper, il s'agit bien d'une grenouille rousse. L'occasion de vous rappeler que les grenouilles et les crapauds sont des espèces différentes et non les femelles et mâles d'une même espèce. Avec les tritons et salamandres, qui gardent leur queue après la métamorphose du têtard, les crapauds et grenouilles appartiennent à une classe de vertébrés tétrapodes, celle des Amphibiens ; les adultes sont terrestres, préférant toutefois les habitats humides, et leurs larves, les têtards, sont strictement aquatiques ; c'est pourquoi au printemps ils rejoignent par exemple une mare pour s'y accoupler et y pondre leurs oeufs ; ceux de la grenouille rousse sont facilement reconnaissable, ils sont pondus en un amas dense, gélatineux et flottant. 
Il m'a fallu patienter silencieusement un peu pour prendre cette photographie, les grenouilles plongeant à la moindre approche, attendant qu'elle ressorte la tête de l'eau. Je me suis positionné avec une légère oblique par rapport à la surface de l'eau pour faire ressortir cet effet miroir. J'ai réglé une faible profondeur de champ pour créer les jolis flous de premier et arrière-plan.
 
Julien SAISON
 
 
Si vous souhaitez poser des questions à Julien sur ses différentes passions: la nature, la photographie ou lui demander quelques conseils pour réussir de tels clichés. Vous pouvez me transmettre vos questions via l'ENT.
Edouard Canler
Commentaires

Aucun commentaire